C’est dans les années 1970 que les cheveux artificiels ont fait leur apparition et ils ont suscité des réactions vives. Ceux qui souffrent de pertes de cheveux peuvent faire appel à la greffe de cheveux artificiels comme solution à leur problème. Comment se déroule une greffe de cheveux artificiels ? Voilà de quoi nous parlerons dans cet article. Grâce aux greffes de cheveux artificiels par Aesthetis Paris, les personnes n’ayant pas suffisamment de cheveux à l’arrière de la tête sur la zone donneuse peuvent avoir une alternative. Les cheveux artificiels sont également connus sous le nom de fibre bio. La procédure engendre souvent de nombreuses complications comme la formation de kystes, les infections, les inflammations, etc. Pour ces raisons, de nombreux pays l’ont examinée de près. En Amérique du Nord par exemple, la procédure a été interdite en 1983 par la FDA, entendez Food and Drug Administration. Suite à cela d’autres pays l’ont aussi interdite. De nos jours de nombreuses cliniques ont amélioré la procédure en produisant des fibres plus compatibles sur le plan biologique.

La greffe de cheveux synthétiques consiste à transplanter des fibres artificielles que l’on retrouve sous différentes couleurs. Ces fibres sont faites de polyamide et sont disponibles sous différentes tailles et longueurs, afin de remplacer les follicules pileux des patients. Au vu des risques que la procédure comporte, le chirurgien doit absolument effectuer de nombreux examens et tests afin de déterminer si le patient est apte à subir cette intervention. Après ces tests préliminaires, le patient est mis en observation afin de voir comment son corps réagit aux cheveux artificiels. Cela dure au moins 1 mois, pendant lequel des tests d’implants sont faits sur de petites surfaces avant de le faire sur des surfaces plus grandes. Le patient ne peut subir l’intervention que s’il passe tous les tests de tolérance.

Comme pour les greffes de cheveux « normales », la transplantation est faite sous anesthésie locale. Le chirurgien se sert d’un stylo implanteur pour insérer les mèches synthétiques l’une après l’autre dans le cuir chevelu. La profondeur standard pour l’implantation est d’approximativement 0,3 mm. Cette méthode est assez proche de la technique DHI. Après l’implantation, quand le corps tente de fermer la plaie, les fibres synthétiques se remplissent également des nouveaux tissus qui se forment. Ce processus permettra de mieux sécuriser les fibres bios dans le cuir chevelu. Les greffes de cheveux artificiels ont beaucoup évolué avec les années. Toutefois il reste tout de même un problème majeur que les scientifiques ont eu du mal à éliminer : le corps perçoit toujours les fibres artificielles comme des éléments étrangers. Lors d’une greffe avec des cheveux organiques, le corps reconnait les tissus comme appartenant à la personne, alors aucun rejet, ni de réaction immunitaire n’est possible. Ceci n’est pas le cas avec les fibres bios. D’autre part, avec les cheveux artificiels le canal de la plaie ne peut pas se refermer complètement alors il y a toujours une entrée de l’extérieur. C’est une porte d’entrée pour les microbes et bactéries. Cela peut entraîner des réactions immunitaires qui se matérialisent par des inflammations ou des infections du cuir chevelu.